Ouf, nous sommes enfin arrivés au Pérou, jusqu’à la mini-ville de Yucay, notre lieu de villégiature.


Revenons un ch’ti peu en arrière, au samedi 21 février à 12h43 précises, heure française. Voilà Papa Georges et Maman Françoise qui sourient à la porte de chez nous avec 30 minutes d’avance. Nous finissons de nous préparer avant de passer au peigne fin les trouvailles de Maman Françoise : anti-diarrhée, anti-mal des montagnes, anti mal de l’avion et des tas de choses de ce genre.


Départ pour Orly où Maman Françoise m’achète un bouquin. Nous découvrons Vincent, l’un des gais lurons qui part avec nous ! Ouf, il ne déplait pas aux parents. Première tuile en allant s’enregistrer : notre valise est trop grande pour faire office de bagage à main ! Nous avons beau la compresser, à l’évidence, elle ne rentre pas dans le « panier test ». Branle-bas le combat, nous faisons tout Orly pour trouver une alternative. Maman Françoise finit par nous offrir un sac logoté Paris à l’infini. Parmi les heureuses surprises de l’accompagnement des parents à Orly, il y a le don de quelques dollars et de quelques euros. Ca nous dépannera…


Nous arrivons à Madrid sans encombre, 30 minutes de retard à peine. Des tas de boutiques et de restos nous attendent pour combler les 4 heures d’attente. Nous abandonnons Vincent et allons nous restaurer dans un bar à tapas ! Très bon…


Après de longues décaminutes dans le hall, nous prenons la navette pour aller aux terminaux R, S, V pour retrouver nos deux derniers camarades, Adeline et Gérarld, un couple institutrice / informaticien-pompier. Ils nous repèrent aisément, parce que nous sommes trop et que le terminal est vide. Un changement inopiné de terminal plus tard, nous embarquons dans l’avion transatlantique, la peur au ventre que nos places, 23 F et 23H ne soient pas à côté. Finalement, il s’avère que la compagnie Lan Peru omet des lettres, notamment le E et le G. S’ensuivent 3 heures d’attente, a priori en raison d’un problème d’équilibrage de charge. D’ailleurs, au décollage, ça a remué !! Nous avons dîné à 4 heures du matin avant d’entamer une nuit assez bonne malgré tout, pour nous réveiller 6 heures plus tôt que ce que nous avons vécu.


A l’arrivée, nous sommes pris en charge par une hôtesse pour notre correspondance vers Cuzco, finalement assez rapidement intrinsèquement mais assez épique. Une hôtesse nous attend à la sortie de l’avion, mais juste après nous avoir repérés, elle est partie à fond la caisse sans attendre nos comparses, Adeline, Gérald et Vincent. Nous avons dû récupérer nos bagages, heureusement arrivés, puis les enregistrer à nouveau, non sans difficultés, avant d’aller nous acquitter de la taxe intérieure d’aéroport en dollars (Merci Papa Georges et Maman Françoise, nous qui pensions pouvoir payer en euros !).


Nous sommes arrivés à Cuzco, une modeste ville de plus de 300.000 habitants, après finalement 30 heures de voyage ! Erick, notre guide francophone nous attend de pied ferme pour nos premiers pas dans ce pays où nos premières impressions sont déjà très positives !

Retour à l'accueil